Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 juin 2010

Un article dans Le Magazine des Livres

mdl24.jpgDans le Magazine des Livres n° 24, un bel article, signé Stéphane Beau, consacré à « Tu écris toujours ? Manuel de survie à l'usage de l'auteur et de son entourage » de Christian Cottet-Emard :

 

 

Drôle de bestiole qu'un écrivain ! Je le savais déjà, mais grâce à Tu écris toujours ?, le dernier livre de Christian Cottet-Emard (publié par les récentes mais déjà prometteuses éditions du Pont du Change), cela se confirme. Car si quelques rares spécimens réussissent de temps en temps à sortir de l'ombre et à devenir des « auteurs à succès », la plupart des membres de cette curieuse secte s'avèrent être, aussi bien pour leur entourage que pour eux-mêmes, plus encombrants qu'autre chose. Imaginez : ils ne savent généralement rien faire d'autre qu'écrire. Pas forcément bien en plus, mais c'est un autre problème !

Car ces écrivains, voyez-vous, ne partagent aucune des passions qui font le charme de la « vraie vie » : le foot, la politique, la télé, les soldes, le bricolage... Ils fuient la foule comme la peste, ils n'ont aucune ambition, ils s'habillent mal, se lavent peu, boivent trop, et ils végètent au quotidien dans un univers parallèle qui s'acoquine mal avec le monde réel (qui, comme chacun le sait, n'accorde guère de crédit à l'immobilisme, à l'oisiveté et à l'improductivité caractérisée).

Prenant son courage à deux mains et sa plume comme il peut, avec ce qu'il lui reste de doigts disponibles, Christian Cottet-Emard s'attache donc, dans ce Manuel de survie à l'usage de l'auteur et de son entourage, à nous délivrer quelques conseils éclairés pour mieux comprendre ces grands handicapés de la vie que sont les écrivains. Et il le fait avec beaucoup d'humour et de malice, prenant volontairement à contrepied tous ceux qui veulent faire de ce travail de manieurs de stylos une activité supérieure, noble et forcément admirable. Ainsi, si je suis bien persuadé que Tu écris toujours ? amusera beaucoup celles et ceux qui côtoient quotidiennement des auteurs et qui savent à quel point leurs risibles postures et multiples tics sont désespérément prévisibles, je ne suis pas sûr qu'il en sera de même pour nombre d'écrivains qui ne se réjouiront guère de se reconnaître dans le portrait qui est fait d'eux. Tant pis pour leur vilain ego !

Tous les autres, en tout cas, se délecteront en lisant ce genre d'aphorisme : « Quant à savoir si on est écrivain parce qu'on est inadapté ou inadapté parce qu'on est écrivain, cela revient à se poser la lassante question de l'œuf et de la poule », ou ce très judicieux conseil aux poètes en manque d'inspiration, que je ne peux pas m'empêcher de citer dans son intégralité : « Voici un petit truc utile si vous avez la flemme d'écrire ou si la muse vous a posé un lapin : exhumez un de vos vieux poèmes, maquettez deux vers par page - c'est bien le diable si vous n'arrivez pas à une cinquantaine - et faites imprimer sur vélin en typographie un volume non massicoté. Les bibliophiles ne coupent pas leurs livres. Ils ne lisent pas, ils collectionnent. Alors deux vers par pages, peu importe, du moment que c'est pur chiffon et tralala ! »

Des conseils aux écrivains qui déménagent aux conseils aux écrivains qui ont encore des amis non-écrivains et non-littéraires, en passant par les conseils aux écrivains qui ne savent rien faire d'autre, aux écrivains qui se font interviewer ou qui sont assignés à résidence, tous les cas de figures sont joyeusement analysés les uns après les autres. Et au final, une fois la dernière page tournée, les premiers mots qui nous viennent à la bouche sont : « mince, c'est déjà fini ! »

Ce qui est plutôt bon signe, en général...

 

Tu écris toujours ? Manuel de survie à l'usage de l'auteur et de son entourage de Christian Cottet-Emard, Éditions le Pont du Change, 2010

Un recueil de 96 pages, format 11 x 18 cm. 13 €.

 

mercredi, 02 juin 2010

Lecture Cottet-Emard et Tixier, la vidéo

Mercredi 12 mai 2010, Christian Cottet-Emard et Roland Tixier étaient les invités de la Bibliothèque municipale de Lyon Part-Dieu, pour une lecture de leurs textes dans le cadre de La scène poétique, animée par Patrick Dubost.

cottet_lyonBM.jpg

La bibliothèque de Lyon vient de mettre en ligne la vidéo de cette lecture.

http://php.bm-lyon.fr/video_conf/detail.php?id=451

 

jeudi, 13 mai 2010

Tu écris toujours ?

Vient de paraître :

Tu écris toujours ?

Manuel de survie à l’usage de l’auteur

et de son entourage

 de Christian Cottet-Emard

 

« En société, votre écrivain jette un froid en plein repas de communion en déclarant que le retour des religions va provoquer une guerre nucléaire et que, pour cette raison, il aurait mieux valu ne pas faire d'enfants : ne vous inquiétez pas. La situation internationale n'est pas plus tendue que d'habitude et votre écrivain a simplement dû se faire refuser un manuscrit.

Votre écrivain est infernal et vous ne savez plus comment vous y prendre avec lui : avez-vous pensé à vous équiper d'un cochon d'Inde ? En observant attentivement ce petit rongeur, vous verrez que votre écrivain et lui ont beaucoup de points communs... »

Dans ce manuel riche de nombreux autres conseils du même tonneau, tout auteur (professionnel, débutant ou amateur) et toute personne de son entourage pourront puiser pour mener une vie meilleure, en totale harmonie (enfin, en principe...)

Avec une lucidité caustique, Christian Cottet-Emard livre une chronique drôle et décapante de la condition d'auteur.

Un extrait gratuit (3 chroniques) sous forme numérique a été mis en ligne sur la plateforme Feedbooks : Tu écris toujours ? (extraits)

 &&&&&

Né le 24 novembre 1959 à Montréal dans l'Ain, Christian Cottet-Emard doit patienter quinze ans avant de fumer son premier cigare.

Il aime s'absenter, en pensée et en forêt.

Auteur de poèmes, d'essais, de romans (dont Le Club des pantouflards, éditions Nykta, collection Petite Nuit, 2006) et de nouvelles, il est membre du comité de lecture de la revue Le Croquant depuis sa création en 1987 et collabore au Magazine des Livres, bimestriel dans lequel de nombreux épisodes de Tu écris toujours ? ont paru en feuilleton. Il a obtenu une bourse d'écriture du Centre national du livre en 2006.

 

Un recueil de 96 pages, format 11 x 18 cm. 13 € port compris. ISBN 978-2-9534259-1-8

En vente aux éditions Le Pont du Change, 161 rue Paul Bert, 69003 Lyon

BON DE COMMANDE :

COTTETBONDECOMMANDE.pdf 

 

vendredi, 30 avril 2010

Roland Tixier et Christian Cottet-Emard à la Bibliothèque de Lyon Part-Dieu

Le mercredi 12 mai à 18 h 30,

La scène poétique reçoit Roland Tixier et Christian Cottet-Emard.

Cette soirée, organisée et animée par Patrick Dubost, se fait sous le signe de la maison d'édition qui les réunit, Le Pont du Change, créée à Lyon en 2009.

Entrée libre, BM de la Part-Dieu, 30 boulevard Vivier-Merle, 69003 Lyon.

Tous les détails sur l'agenda de la bibliothèque.

 

lundi, 08 février 2010

Simples choses, tous les articles critiques

Simples choses reçoit un très bon accueil critique, sur la toile comme dans les revues. En voici un premier récapitulatif.

 

SUR LE NET

Un article d'Alain Jean-André sur le site de La luxiotte :

Au fil des jours

Une lecture de Christian Cottet-Emard sur son blog :

Un piéton de Villeurbanne

(cet article a été publié ensuite dans Le Croquant n° 63-64)

et aussi sur le site du Magazine des Livres :

http://www.magazinedeslivres.com/page19/page44/page44.html

Une lecture de Hervé Bougel sur le blog pré # carré :

Simples choses

Une lecture de Stéphane Beau sur le blog Le Grognard :

Simples choses, Roland Tixier

Une lecture de Roland Thévenet, sur le blog SOLKO :

Le piéton du pont du Change

Une note de lecture de Philippe Gindre sur le site de la Clé d'Argent :

Simples choses

Une note sur le blog Tombés du ciel :

Nouvelle maison d'édition : Le Pont du Change

 

REVUES & MAGAZINES

Un article du mardi 20 octobre 2009 dans Le Progrès (pages Villeurbanne), sur les "haïkus des rues" de Roland Tixier :

http://www.leprogres.fr/fr/permalien/article/2103490/Visi...

 

artcleTixierProgres2.jpg

 

Un article sur Livre & lire n° 249, le mensuel du livre en Rhône-Alpes, publié par l'Arald (février 2010).

article_arald.jpg

Un article de Pascale Arguedas dans Le Grognard n° 12 :

(cliquer sur l'image de l'article pour agrandir)

 

articleArguedasGrognard.jpg

Dans Vaulx - le journal n° 317 du 2 décembre 2009

 (cliquer sur l'image de l'article pour agrandir)

articleVaulx.jpg

 

Dans le numéro 144 de la revue Décharge, Jacques Morin signe une chronique sur le recueil Simples choses, de Roland Tixier :

"Poèmes minimaux de trois vers où il témoigne finement de ce qu'il vit au quotidien : petites notes dans le bus ou le métro, empathie avec les travailleurs ou les sans-abri, il sillonne ses quartiers de banlieue lyonnaise, rue Verlaine... Ses choses vues si ramassées sont le plus souvent porteuses de leçons ou d'éclats d'humanité." (extrait)

Dans le numéro 10 de Pages insulaires, un article de Georges Cathalo :

"Ce nouveau livre de Roland Tixier inaugure avec bonheur la collection Poésie d'une nouvelle enseigne éditoriale. On y retrouve la marque de fabrique de ce poète discret, à savoir la maîtrise d'un genre difficile : le haïku. Avec cette suite de 180 textes, l'auteur nous entraîne dans une déambulation urbaine qui, à travers rues, bus et métros, permet de découvrir un univers complexe. Tixier n'a pas son pareil pour fixer les moments fugaces où les destins se croisent dans des solitudes parallèles. A partir des visages anonymes, il recrée des existences réelles : un sans-abri, un cantonnier, un chauffeur de bus, ... La révélation se fait grâce à la marche : « marcher devant soi / frêle vérité / rien ne presse maintenant ». Il oppose une lenteur voulue  au mouvement perpétuel car il suffit de peu pour retisser le lien, « quelques mots parfois / quelques mots seulement / et c'est toute une vie ». Ces simples choses de Roland Tixier ne sont pas des choses simples à vivre mais le regard d'empathie que porte le poète permet à chacun de s'y retrouver et d'aller plus loin."

Un article d’Alain Wexler dans Verso n° 140 (mars 2010).

 

« Roland Tixier est donc le premier auteur publié par Le Pont du Change. Des haïkus urbains. Un désespoir tranquille parcourt ces pages. Un fil conducteur peut s’imposer si l’on rapproche des images telles que celles des sans domicile fixe, les pigeons, les moineaux, les merles, des murs de papier. Un pigeon mort ponctue la journée, fin de journée. Les pigeons sont des destinées en route. A rapprocher de ceux qui picorent du riz un lendemain de mariage devant la mairie. Un espoir peut-être : « Je marche parmi/ des millions de compagnons/ fragile jour de grève » Cet émiettement sinon, cet enfermement sinon. Plus j’avance dans ce livre plus je sens la démarche photographique, l’instantané. Les sujets : les gens de la rue, l’espace du trottoir vers le ciel et les oiseaux qui le traversent. Ce corbeau qui passe et croasse pose une question. Suivez le fil : toujours quelques moineaux prisonniers d’un supermarché ou d’un hall de gare. Le paradoxe. Le trottoir est un pays. Le réel est bien là. Immédiat. Instantané comme une photo… »

 

dans Libelle n° 218 :

 

"Avec ces Simples choses, il nous donne à voir le monde tel qu’il devrait nous apparaître dans toute son évidence, toute sa grandeur et toute sa futilité, si nous n’avions pas tous, à longueur de temps, les yeux et les sens obstrués. Il atteint le sommet de son art. Sa poésie est d’abord un regard posé sur le monde, un instant suspendu, et nous révèle sa beauté fugace et légère. Il réunit densité et simplicité. La suite de ses sensations devient ce diamant aux infinies facettes et chaque infime poème (ces trois petites lignes de si peu de poids) est l’une de ces facettes : le jour, son instant ciselé, mis en lumière, mis en éclat, comme ce matin de cristal."

 

*

 

Un article de Paul Van Melle dans Inédit Nouveau n° 257 :

(cliquer sur l'article pour agrandir)

poésie,simples choses,roland tixier,le pont du change

Ajoutons que des poèmes extraits de "Simples choses" ont été reproduits dans le n° 596 d'Envol, le journal de la FOL de l'Ardèche.

 

samedi, 30 janvier 2010

Un article sur Livre & lire

Un article sur Livre & lire n° 249, le mensuel du livre en Rhône-Alpes, publié par l'Arald (février 2010).

article_arald.jpg

mercredi, 23 septembre 2009

Simples choses

Simples choses, de Roland Tixier

(paru le 20 août 2009)

 

marcher et parfois même

un peu d'allégresse

sur le chemin de tous les jours

*

parking vent du sud

lent ballet aérien

des sacs de Casino

*

assis sur un banc public

regarder la ville

aller d'elle-même

 

couvTixier3.jpgLes éditions Le Pont du Change publient le premier livre de leur collection Poésie :

Simples choses, de Roland Tixier.

Dans cette suite de 180 haïkus urbains, Roland Tixier atteint le sommet de son art, attentif au bruissement des « simples choses ». Sa poésie est d'abord un regard posé sur le monde, un instant suspendu, et nous révèle sa beauté fugace et légère.

« La suite de ses sensations devient ce diamant aux infinies facettes - et chaque infime poème (ces trois petites lignes de si peu de poids) est l'une de ces facettes : le jour, son instant ciselé, mis en lumière, mis en éclat, comme ce « matin de cristal » (extrait de la postface de Nicole Vidal-Chich).

Roland Tixier est né à Lyon en 1946. Fidèle piéton des rues de Villeurbanne et de Vaulx-en-Velin, ce poète urbain à l'écriture dépouillée est aussi animateur d'ateliers de création poétique en milieu scolaire. Il a été durant seize années éditeur à l'enseigne du Pré de l'Age.

Un recueil de 80 pages, format 11 x 17 cm. 13 € port compris. ISBN 978-2-9534259-0-1

En vente aux éditions Le Pont du Change, 161 rue Paul Bert, 69003 Lyon.

 

BON DE COMMANDE :

TIXIERBONDECOMMANDE.pdf

 

 

 

dimanche, 31 mai 2009

Une nouvelle maison d'édition

Les éditions Le Pont du Change sont nées à Lyon en 2009.

Elles publient de la littérature contemporaine (romans, récits, nouvelles, poésies, chroniques...) et rééditent des oeuvres du domaine public, au rythme de 3 à 5 ouvrages par an.

Elles diffusent occasionnellement des livres d'autres éditeurs, notamment de Littera.

Le premier ouvrage est prévu pour l'été 2009. Ce sera un recueil de haïkus urbains :

Simples choses, de Roland Tixier.